Comment financer son véhicule de société ?

Financer son véhicule professionnel
06 Février 2018
Vous avez choisi d’investir dans un véhicule pour votre entreprise, mais vous ne savez pas comment le financer ?

 

Autofinancement, crédit, crédit-bail, location longue durée… il existe plusieurs moyens pour votre entreprise de financer sa flotte automobile. Comparez les solutions de financement en fonction des besoins et des moyens de votre entreprise.
 

Autofinancer son véhicule professionnel

Cette solution de financement amène l’entreprise à prendre dans sa trésorerie pour financer entièrement le véhicule. C’est une solution moins coûteuse que le crédit puisqu’il n’y a pas d’intérêts à rembourser. Cependant, prélever un tel montant sur la trésorerie d’une entreprise peut se révéler risqué.

Avantages de l’autofinancement :

> Le véhicule appartient à l’entreprise
> L’entreprise n’a aucun engagement à tenir vis-à-vis d’un tiers
> Elle ne s’endette pas
> Le véhicule entre directement dans le bilan en tant qu’actif
> La société peut bénéficier des amortissements
> Il n’y a aucun frais à ajouter à l’achat de la voiture (ex : frais de dossiers)
> Le prix payé est le prix affiché

Inconvénients de l’autofinancement :

> La trésorerie est affectée
> Aucune optimisation fiscale autre que l’amortissement n’est possible pour l’entreprise
> Il peut être plus judicieux de placer les excédents de trésorerie et bénéficier d’un emprunt à un coût avantageux
> L’impôt et, éventuellement, les cotisations sociales sur la plus-value sont à payer au moment de la revente
> La Taxe sur les Véhicules de Sociétés (TVS) est due s’il s’agit d’un véhicule de tourisme d’une société
 

Souscrire un crédit pour acheter son véhicule professionnel

Le crédit  permet à l’entreprise de devenir propriétaire d’un véhicule. Le crédit lui est octroyé soit par une banque, soit par un organisme financier. Elle reçoit alors la totalité de son emprunt et rembourse son créancier chaque mois, selon une durée et un taux établis au préalable et inscrits sur le contrat de crédit signé par les deux parties.

Avantages du crédit :

> La dette s’étale
> La trésorerie est optimisée
> Le véhicule appartient à l’entreprise
> Le taux d’intérêt est transparent

Inconvénients du crédit :

> La capacité d’endettement de l’entreprise diminue
> Aucune optimisation fiscale autre que l’amortissement n’est possible pour l’entreprise
> L’impôt et, éventuellement, les cotisations sociales sur la plus-value sont à payer au moment de la revente.
> Les intérêts augmentent les frais financiers de l’entreprise
> La TVS est due s’il s’agit d’un véhicule de tourisme de société
 

Le crédit-bail, à mi-chemin entre la location et l'achat du véhicule professionnel

La différence entre le crédit-bail et la location avec option d’achat (LOA) réside dans le fait que le crédit-bail est réservé aux entreprises alors que la LOA est réservée aux particuliers.

Le crédit-bail est un mode de financement qui permet à une entreprise d’être locataire d’une voiture pour une durée déterminée. Le propriétaire de la voiture n’est donc pas l’entreprise, ni le concessionnaire, mais la banque de l’entreprise. En effet, c’est la banque qui achète la voiture au concessionnaire sur demande de l’entreprise et qui devient ainsi le propriétaire-bailleur. Une fois la période déterminée écoulée, trois options s’offrent à l’entreprise :

  • Devenir propriétaire de la voiture en payant la valeur de rachat contractuelle (inscrite au préalable sur le contrat)
  • Rapporter la voiture au concessionnaire et ne plus la louer
  • Reconduire la location de la voiture pour une nouvelle période déterminée.

Pour une entreprise, le premier loyer peut aller jusqu’à 25% maximum du prix du véhicule et il n’y a aucun dépôt de garantie à avancer. Cependant, les organismes financiers font payer des frais de dossier. L’entreprise peut essayer de les négocier. Attention cependant, au niveau du coût du crédit-bail, c’est bien le prix total de la location qu’il faut comparer avec les frais de dossier.

Avantages du crédit-bail :

> Le crédit-bail ne figure pas au bilan, cela simplifie donc la gestion comptable et fiscale
> Il n’y a aucun effet sur le taux d’endettement de l’entreprise apparaissant au bilan
> L’optimisation fiscale est possible
> Il n’y a pas d’avance de TVA, elle est payée au fur et à mesure (mais non récupérable s’il s’agit d’un véhicule de tourisme et non pas d’un utilitaire)
> Le risque de dépréciation est à la charge de la banque, propriétaire-bailleur
> Il n’y a pas d’amortissement
> Les loyers passent dans les charges de l’entreprise

Inconvénients du crédit-bail :

> L’entreprise n’est pas propriétaire de la voiture, la carte grise est au nom du loueur
> Il est difficile de comparer le taux avec d’autres organismes (on ne compare que le montant total)
> Si l’entreprise résilie son contrat de crédit-bail, elle aura des pénalités de résiliation
> Elle s’engage sur une durée déterminée
> Le véhicule doit être en bon état si, à la fin de la période, il est restitué.
> La Taxe sur les Véhicules de Sociétés est due s’il s’agit d’un véhicule de tourisme de société
 

Maitriser son budget véhicule professionnel avec la location longue durée (LLD)

Le principe de la location longue durée est le même que celui du crédit-bail. La différence est que le locataire ne devient jamais propriétaire du véhicule. Tout comme le crédit-bail, c’est la banque qui, sur la demande de l’entreprise devient propriétaire-bailleur du véhicule. Le loyer est alors calculé sur différents éléments  comme le prix du véhicule, la durée de location, le nombre de kilomètres parcourus par an pendant la location, la valeur résiduelle de fin de contrat (connue uniquement du loueur) et les services associés (assurances, assistance, les pneumatiques, la carte carburant, etc.).

La période de location d’un véhicule utilitaire ou de tourisme peut aller de 12 à 60 mois.

A qui s’adresse la location longue durée ?

  • Aux entreprises qui disposent ainsi de voitures récentes et entretenues, pour un coût en général moins élevé qu’une mensualité de crédit.
  • Aux particuliers qui connaissent le nombre de kilomètres qu’ils parcourent par an.

Avantages de la location longue durée :

> Le budget est maitrisé, il n’y a pas de surcoûts sauf en cas de dépassement du kilométrage prévu au contrat
> L’entreprise n’a pas la charge de gérer, d’entretenir et de trouver à revendre le véhicule.
> La trésorerie est maîtrisée et planifiée
> La LLD ne figure pas au bilan, cela simplifie donc la gestion comptable et fiscale de l’entreprise
> Il n’y a aucun effet sur le taux d’endettement de l’entreprise apparaissant au bilan
> Il n’y a pas d’avance de TVA, elle est payée au fur et à mesure (mais non récupérable s’il s’agit d’un véhicule de tourisme)
> Il n’y a pas d’amortissement
> Les loyers passent dans les charges de l’entreprise
> Les véhicules sont toujours récents et entretenus
> Le renouvellement des véhicules est fréquent et programmé
> Il n’y a aucune indemnité kilométrique à gérer

Inconvénients de la location longue durée :

> Le véhicule n’appartient pas à l’entreprise
> Il faut respecter le kilométrage annuel sous peine de frais supplémentaires
> La carte grise est au nom du loueur et pas à celui de l’entreprise
> Il est difficile de comparer le coût total du financement du véhicule
> L’entreprise ne peut pas acheter le véhicule en fin de contrat
> La Taxe sur les Véhicules de Sociétés (TVS) est due s’il s’agit d’un véhicule de tourisme de société
 

L’investissement par le dirigeant et la mise en place d’indemnités kilométriques

Le principe est de faire financer le véhicule par le dirigeant, selon les différentes possibilités vues précédemment (autofinancement, crédit, crédit-bail, LLD) et de mettre en place des remboursements d’indemnités kilométriques au niveau de l’entreprise.

Avantages de l’investissement par le dirigeant :

> L’entreprise n’a pas la charge de gérer, d’entretenir et de trouver à revendre le véhicule.
> Pas de fiscalité à la revente
> Le véhicule n’est pas soumis à la TVS sauf sous certaines conditions

Inconvénients de l’investissement par le dirigeant :

> Le dirigeant doit tenir un agenda précis et détaillé des kilomètres professionnels parcourus
> Les frais liés au véhicule sont à la charge du dirigeant
> Cette solution n’est pas possible pour les entreprises individuelles