Cashback : un nouveau mode de retrait d’argent chez les commerçants

Carte bancaire
12 Février 2019
Les commerçants français sont maintenant autorisés à pratiquer le « cashback » comme dans d’autres pays européens.

Qu’est-ce que le cashback ?

Le cashback est un nouveau mode de mise à disposition d’argent liquide qui permet aux commerçants de fournir des espèces au consommateur à l’occasion du règlement d’un achat.

Ce nouveau service a été adopté en juillet 2018 suite à la transposition en droit français de la directive européenne sur les services de paiement (directive DSP2). Ainsi, d'autres pays européens ont déjà autorisé le "cashback" : l'Allemagne, la Belgique, l'Irlande, l'Italie, l'Espagne ou le Royaume-Uni.

 

Quel montant maximal est-il possible de retirer ?

Les consommateurs pourront retirer jusqu'à 60 euros en espèces à condition d’effectuer au moins un euro d'achat par carte bancaire (voir décret n°2018-1224 du 24 décembre 2018).

 

Comment fonctionne le cashback ?

Si le commerçant propose ce service, le consommateur pourra demander à retirer des espèces lors du règlement d’un achat. Par exemple, si le client effectue pour 40 euros d’achats dans un supermarché ou dans une épicerie, il  pourra demander à payer 70 euros par carte bancaire afin de récupérer 30 euros en liquide.

 

Commerçants, êtes-vous obligé de proposer le cashback ?

Seuls les commerçants qui le souhaitent pratiqueront le cashback, il n’y a pas d’obligation. Cette loi a pour objectif de combler la baisse du nombre de distributeurs de billets dans les zones rurales. En effet, beaucoup d’agences bancaires de proximité ferment ou vont fermer dans les années à venir.

Pour les commerçants, la mise en place du cashback constitue un nouveau service susceptible d’attirer la clientèle. Pour le consommateur, c’est un gain de temps puisqu’il évite un détour par le distributeur de billet pour retirer de l’argent.

Le service pourra être gratuit ou payant. Toutefois, il semble que peu de commerçants aient choisi de facturer ce service aux consommateurs. Le groupe Casino a déjà mis en place ce service gratuitement dans un certain nombre de ses établissements.

 

Information du consommateur : quelles sont les obligations du commerçant ?

Un arrêté du 29 janvier 2019 fixe les conditions d’information que les commerçants qui souhaitent pratiquer le cashback doivent mettre en place vis-à-vis des clients.

« L’information portée à la connaissance des consommateurs doit être faite par voie d’affichage, de façon visible et lisible dans le point de vente, à proximité des terminaux de paiement ou du lieu d’encaissement. »

L’information affichée comprend :

  • la liste des instruments de paiement acceptés ou refusés ;
  • le montant minimal de l'opération de paiement d'achat de biens ou de services dans le cadre de laquelle des espèces sont fournies ;
  • le montant maximal en numéraire pouvant être décaissé ;
  • l'indication du caractère gratuit ou payant de la fourniture du service et, le cas échéant, les frais et commissions perçus, toutes taxes comprises (TTC).

Ce sont ces mêmes informations qui doivent apparaître sur le site internet du commerçant lorsque celui-ci indique fournir ce service de cashback.